Publications

ALÎ MUHAMMAD AL-CHURAFAA AL-HAMÂDÎ écrit :

L’Ethique Coranique est la tradition même du prophète

 

Le Coran est par définition le message divin adressé à l’humanité toute entière et porté par l’Apôtre Muhammad qui accepta la mission et fut ordonné de le diffuser aux Hommes. Les versets sont ainsi considérés comme une feuille de route qui guide les gens pour pratiquer les bonnes œuvres et construire une société dominé par la miséricorde, la justice, la liberté et la paix. On y trouve des règles qui, imposées par Dieu, les appelleront à s’attacher fortement à Dieu à l’instar de ce qui est dit à Son Apôtre : « Attache-toi à ce qui t’a été révélé. Car tu es sur une voie droite. En vérité, c’est là ta renommée et celle de ton peuple. Il vous sera demandé compte à ce sujet. » Coran (XLIII, 43-44)

Il s’ensuit que ce qu’a révélé le Seigneur à son Apôtre et l’a ordonné de s’y attacher n’est autre que le Coran. Il l’a averti ainsi que son peuple, en outre, qu’ils seront demandés, le jour du jugement dernier, s’ils ont appliqué le Coran, saisi son éloquence, extrapolé ses lois et adopté sa vertu pour être bon musulman. Non pas ! Lorsque le Coran fut ignoré et que le prophète se tourne vers Dieu, contre son peuple : « L’Envoyé dit : Seigneur ! mon peuple a adopté à l’égard de ce Coran une politique qui consiste à l’ignorer. » Coran (XXV, 30), sera t-il demandé à l’Homme s’il a suivi al-Bukhârî, Muslim ou al-Tirmidhî ainsi que les centaines de rapporteurs d’histoires non fondées et des Isrâ’îliyyât-s rattachées faussement au prophète ? L’Apôtre pouvait-il se rebeller contre l’ordre du Seigneur alors qu’Il lui ordonne de s’attacher à ce qui lui a été révélé et l’Informe que c’est un rappel pour lui et pour son peuple ? Ils leur sera donc demandé des comptes, le jour dernier, et ce n’est qu’un avertissement divin pour dire que ceux qui suivent une voie autre que celle du Coran auront un châtiment avilissant. Est-ce vraiment logique que l’Apôtre diffuse des lois et des règles contraires au Coran, lui qui fut missionné pour diffuser ce dernier aux Hommes, de l’expliquer et d’en expliciter les lois ? Lorsqu’il fut ordonné par Dieu -Exalté et Glorieux Soit-Il- pour en informer les Hommes du contenu, comme il est rapporté : « O Envoyé ! fais connaître tous ce que Dieu t’a révélé ; car, si tu ne le fais pas, tu n’auras pas rempli ta Mission. Dieu te mettra à l’abri des violences des hommes ; Il n’est pas le Guide des Infidèles. » Coran (V, 67), il est clair que le Seigneur ordonne Son Apôtre de révéler le message de l’Islam, contenu dans le Coran, et dont les versets montrent la volonté de Dieu pour inciter les serviteurs à faire de bonnes œuvres et de rivaliser dans les bonnes actions afin de réaliser la paix sociale, un peu partout, et pour que les gens puissent gouter à la sécurité et la stabilité appuyées par la miséricorde et la justice, sans opprimer personne et sans porter atteinte à autrui car le Seigneur n’aime ni les oppresseurs ni la corruption ici-bas.

Le messager ne peut pas diffuser des messages, autre que le message divin, et ça ne faisait pas partie de sa mission si ce n’est d’expliquer aux gens les obligations, de leur expliquer les versets et de leur montrer la voie de la paix en appliquant les principes du Coran sur lui-même, comme il est rapporté : « En vérité, tu es d’une haute moralité » Coran (LXVIII, 4) ou encore : « Vous avez dans l’Envoyé de Dieu un bel exemple, pour quiconque espère en Dieu et au Jour Dernier et qui invoque Dieu bien souvent. » (Coran (XXXIII, 21)

Le Seigneur guide les gens pour prendre exemple sur Son Apôtre, dans son attitude et son comportement avec ses proches, son peuple et avec autrui, sans exception, en étant miséricordieux, équitable, tolérant avec ceux qui lui nuisent, sincère, honnête, n’a jamais transgressé les droits de l’homme, n’a jamais opprimé personne et n’a jamais privilégié un proche. Bien au contraire ! Il appelle les gens à s’aimer, a s’entraider et à pardonner. Il était conciliant entre les gens, compatissant envers les pauvres et nécessiteux et défenseur de leur droit. Pour lui, tous les hommes sont égaux devant la justice ; il rend visite aux malades, inspecte l’état de son peuple et prend la tête de l’armée des musulmans pour défendre son droit divin à l’expression et à la diffusion de la Religion Vraie par la sagesse et par la bonne parole. Dès que son peuple est agressé, il est prêt à le défendre et défendre leur culte et si on lui propose la paix il accepta de suite afin d’éviter le bains de sang et rétablir la paix car sa mission est de guider les gens vers ce qui leur est bien et qui leur permet de réaliser la sécurité, la stabilité et une vie paisible. Il avait beaucoup de qualités et une haute moralité pour être désigné comme exemple pour les musulmans. Cependant ces derniers n’ont pas obéi à Dieu et non pas saisi ce qui est bien pour eux ; alors ils sont égarés par les démons qui diffusaient des histoires rapportées et qui ont causé les discordes et les tueries entre frères créant de dangereuses confusions autour du message de l’Islam, laissant place aux désaccords et bafouant les principes moraux au point que les âmes sont devenues animales, démunies de toute conscience, et les visages devenus affligés. Leur discours était dominé par la haine et l’horreur et ils excommunient les gens en les accusant d’apostasie. Avec ces histoires rapportées, ils se considèrent comme les mandataires de Dieu ici-bas. Lorsqu’il est dit : « Vous avez dans l’Envoyé de Dieu un bel exemple » Coran (XXXIII, 21) cela veut dire que le Seigneur ordonne à tous les hommes de prendre exemple sur lui (l’Envoyé de Dieu) et de suivre la voie divine qui fait qu’il applique, dans sa vie, la morale et la vertu du Coran qui constituent la Sunna, la vraie, que tout musulman doit adopter dans sa vie de tous les jours car être un exemple est une attitude humaine qui répond, dans la parole et la pratique, à la volonté divine. L’Apôtre a rapporté des versets clairs, révélés par son Seigneur, afin de faire passer les gens de l’obscurité à la lumière mais ils se sont égarés du Coran pour suivre les rapporteurs d’histoires, faussement rattachées au prophète, et prendre les démons comme guide. Le Seigneur a t-Il ordonné son apôtre de révéler aux gens autre chose que le Coran en même temps qu’Il le charge, comme il est rapporté : « Nous savons mieux que personne ce qu’ils disent. Tu n’est pas chargé de les contraindre. Grâce au Coran, exhorte qui redoute Ma menace » ? (Coran (L, 45) Aucunement ! et les versets précédents confirment bien que la mission de l’Apôtre est de s’attacher au Coran et de le rappeler aux gens comme il est dit : « C’est ainsi que Nous avons envoyé vers vous un Apôtre pris parmi vous, qui vous lit Nos versets, qui vous purifie et vous enseigne le Livre et la Sagesse et qui vous apprend ce que vous ignorez. » Coran (II, 151)

Ce verset confirme aussi la mission divine portée par l’Apôtre pour révéler les versets coraniques aux gens et il n’y a point la possibilité de faire comme il l’entend. Par ailleurs, il y a un verset clair et précis : « A.L.M.S. Un Livre qu’on a fait descendre sur toi(qu’il n’y est eu en ton cœur aucune gêne à son sujet), afin que tu avertisses par lui, et qu’il serve d’admonition aux Croyants. Suivez ce qui vous est venu de votre Seigneur, et ne suivez point d’autres patron que Lui. Oh ! que vous y pensez peu. »

Il n’y a plus rien à dire après l’ordre de Dieu pour suivre le Coran et rien d’autres. Que veulent ceux qui se sont proclamés des cheikhs et des Ulémas alors que leur références relèvent de la mytho-histoire, de la mythologie et des histoires démoniaques ? Ont-ils perdu la vue et la clairvoyance et ont-ils oublié Dieu pour qu’Il leur fasse oublier leurs âmes ? La parole divine est véridique concernant ces prêcheurs et ces éveilleurs de conscience : « Le jour où Il les réunira ainsi que les divinités qu’ils adoraient en dehors de Dieu, Il demandera : Est-ce vous qui avez égaré Mes serviteurs que voici, ou bien ont-ils eux-mêmes perdu la route ? Les prétendues divinités répondront : Gloire à Toi ! nous n’aurions pas dû rechercher d’autre patron que Toi ; mais Tu les a laissés jouir de la vie, eux et leurs pères, à tel point qu’ils oublièrent la Révélation et qu’ils se comportèrent en peuple perdu. Vos dieux ont donc démenti vos déclarations ? Vous ne saurez obtenir ni la levée d’un châtiment ni l’arrivée d’un secours. Quiconque de vous agira avec iniquité éprouvera un châtiment terrible… Ce jour-là l’Injuste se mordra les mains et dira : Oh ! que ne suis-je entré en relation avec l’Envoyé. Malheur à moi ! Plût à Dieu que je n’eusse pas pris un tel comme ami intime. Il m’a détourné de la Révélation après qu’elle me fut parvenue. Oui, le démon se désolidarise de sa victime. L’Envoyé dit : Seigneur ! mon peuple a adopté à l’égard de ce Coran une politique qui consiste à l’ignorer. » Coran (XXV, 17-30)

Alors malheur à ceux qui ont délaissé le Coran et ce que nous vivons aujourd’hui comme Fitna et guerre en voyant couler le sang d’innocents et une vie misérable pour les Arabes se confirme bien par : « Celui qui se détournera de Mon Rappel mènera une vie misérable. Nous le ferons comparaitre, aveugle, au Jour de la Résurrection. » Coran (XX, 124)

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer