Les piliers de l'Islam

Les vrais piliers de l’Islam Comme mentionné dans le Coran

[:fr]Il est des choses répandues chez les musulmans et retransmises à travers les siècles passés, comme évidentes, et que par voie de conséquence, on doit les appliquer à la lettre sans nul besoin de les réexaminer ou les vérifier.. Ceci – à titre d’exemple – quand on dit que les principaux piliers de l’Islam se limiteraient uniquement dans (la prononciation de la formule de profession de foi, et la pratique des rites tels que la prière, la Zakat, le jeûne et le pèlerinage) puisqu’ils les considèrent, l’islam en soi, non pas les principes qu’il prône et auxquels il appelle les gens.

Ainsi, on peut dire que les religieux qui ont réduit l’Islam à ce qu’ils appellent « les cinq piliers » ne se sont pas donné la peine de faire connaitre les vrais piliers de l’Islam contenus dans les versets du Coran.

Les prédicateurs anciens de l’Islam nous ont transmis des interprétations et des lectures humaines qui ont transformé les moyens (rites religieux) en objectifs, impliquant ainsi l’absence de l’essence de la religion, des gens, ainsi que ses objectifs suprêmes prônés et visés par le Coran, et qui incarnent le véritable Islam apporté par le prophète Mohammed et les autres prophètes avant lui, avec ce qu’ils impliquent et englobent en éthique et en valeurs nobles pour créer des sociétés pacifiques où devrait se pratiquer la justice, la compassion, la liberté et l’entraide, et ainsi profiter et faire profiter de ce que Dieu leur a donné, en différentes bienfaits, cultures et richesses pour bénéficier du bien-être et mener une vie digne et prospère, pleine de sécurité et de paix.

Pour toutes ces raisons, nous constatons que les musulmans aujourd’hui manquent d’éthique et sont en carence de principes humanitaires ; la plupart font la prière et accomplissent le jeûne et le pèlerinage, mais leur comportement n’a souvent rien à avoir avec l’islam puisqu’ils croient que le rituel ou le culte est le but recherché, tandis que l’éthique, les principes et les valeurs humaines suprêmes, ne font pas partie des piliers ou des principes essentiels de l’islam.

Mais la vérité est que toutes les pratiques cultuelles et les rituels, tels que la prière, le jeûne, la zakat et le Hajj, sont des moyens qui devraient inciter les êtres humains à aller dans le sens d’embrasser l’islam et l’éthique contenue dans le Coran, et prônée par le prophète Mohammed et les autres prophètes avant lui, et préméditer dans le Coran pour connaître la parole de Dieu et sa volonté dans l’éducation, ne pas être injuste, ne par agresser les gens ou en s’appuyant sur la force, l’autorité ou le statut social.

Et ce qui est répété par les religieux au sujet des piliers de l’islam rétrécis ne se trouve pas dans le Coran, mais plutôt décrétés par les juristes en se référant à la citation de Boukhari et Mouslim, selon Ibn Omar Ibn Al-Khattab qui a dit: (( J’ai entendu le Messager d’Allah dire: L’Islam est fondé sur cinq (piliers) : Témoigner qu’il n’y a pas d’autre dieu qu’Allah et que Mohammed est le Messager d’Allah, accomplir la prière, payer la zakat (impôt), le pèlerinage à la Mecque, et le jeûne du mois de Ramadan)).

Ceci est le support de ceux qui disent limiter les piliers de l’islam dans les rituels des cultes pour que cette citation (récit) se transforme en dessin des traits de toute une religion, mais plutôt faire sauter avec ce récit tout un programme coranique approprié pour apporter le bonheur humain dans la législation, qui donne à déduire des lois pour réglementer les relations sociales entre les gens et la légiférer les relations humaines, l’appel à suivre la vertu et la bonne éthique dans la conduite à tenir entre les gens et les fondements de la protection de la société de la violation des droits et les biens.

Et bien que l’Islam soit fondé, à l’origine, sur la justice, l’éthique et les principes humanitaires suprêmes, cette citation est venue dire le contraire. Elle résume les piliers de l’islam dans les pratiques dévotionnelles et rituelles. Par voie de conséquence, si elles sont accomplies par l’individu, son Islam est considéré bon, même s’il est un voleur, un menteur ou même assassin, du moment qu’il a accompli les piliers requis.

Le Saint Coran a bien déterminé les repères de l’Islam dans son message à humanité, qui montre la vérité à travers le verset coranique où le Tout-Puissant dit :

((La bonté pieuse ne consiste pas à tourner vos visages vers le Levant ou le Couchant. Mais la bonté pieuse est de croire en Allah, au Jour dernier, aux Anges, au Livre et aux prophètes, de donner de son bien, quelqu’amour qu’on en ait, aux proches, aux orphelins, aux nécessiteux, aux voyageurs indigents et à ceux qui demandent l’aide et pour délier les jougs, d’accomplir la prière et d’acquitter la Zakāt. Et ceux qui remplissent leurs engagements lorsqu’ils se sont engagés, ceux qui sont endurants dans la misère, la maladie et quand les combats font rage, voilà les véridiques et les voilà les vrais pieux !)) Vache: 177

Donc, quand on pense au livre Saint, nous constatons clairement que l’islam est basé sur l’éthique, et les charges des cultes sont des moyens qui nous font atteindre l’unification, la grandeur morale et la purification de l’esprit.

Donc la prière interdit l’indécence et le mal, la Zakat aide les pauvres et purifie l’esprit de l’avarice, elle représente une grande adoration associé à la prière, puisque Allah dit : ((Et accomplissez la prière, accomplissez la Zakāt, et inclinez-vous avec ceux qui s’inclinent (à Dieu).)) Vache: 43

Et avec l’obéissance de Dieu, l’être humain se rassure que Allah le compensera, et sa confiance en la promesse de Dieu, se renforcera, puisque les biens que possède Dieu sont inépuisables. Comme cela purifie l’esprit de la peur du manque de subsistance, pour ainsi croire que Celui qui dans le passé lui a donné, ne l’abandonnera jamais à l’avenir. Et le Pèlerinage à la Maison de Dieu, où tous les gens sont égaux dans l’habillement et le logement, et où sont égaux, le roi, le riche et le pauvre, le faible et le fort ; il n’y a ni grand ni riche, ni roi sauf Dieu. Et le pèlerinage à la Maison de Dieu vise l’entre-connaissance des gens pour réaliser des intérêts et des avantages, comme le montre le verset coranique : ((pour voir les avantages qui leur ont été accordés et pour invoquer le nom d’Allah aux jours fixés, sur qu’Il leur a attribué en animaux ; mangez-en vous-mêmes et faites-en manger le besogneux pauvre)) Hajj 28

 

Et le jeûne de Ramadan, un engagement dans l’obéissance à Dieu et un entrainement de l’esprit à la maîtrise de soi devant les désirs et éviter les plaisirs interdits, adorer Dieu Seul, avoir le sens de la morale et être tolérant avec les gens, ne pas prendre les biens des gens injustement, rester droit, tenir ses promesses, accomplir ses contrats et de ne pas transgresser les gens, et enfin, faire tout ce qui purifie les âmes pour s’élever aux rangs des serviteurs de Dieu qui s’adonnent aux bonnes actions.

Ainsi tous les rites et les actions cultuelles sont des moyens pour atteindre ces objectifs moraux ; l’islam est centré dans la haute moralité prônée par le Coran, la même éthique prêchée par les prophètes jusqu’à la révélation sous le Prophète Mohammed, le Sceau des prophètes et des messagers.

En outre, Dieu ordonne aux musulmans de développer la charité et élargir la coopération dans le bien, la réconciliation entre les gens, aider les plus démunis et combattre l’injustice dont souffrent les opprimés, et ne pas aider les oppresseurs, et suivre les voies de la justice et la défense des droits.

Nous affirmons ici, que le campagnes lancées contre la nation, intellectuellement et idéologiquement sont parties de ces récits et toutes ces sagas israélites pour empêcher tout progrès de la Oumma islamique et pour occuper les musulmans et le mener à croire ces histoires qui les ont dispersés et divisés en sectes et en partis, qui s’entredéchirent, alors que nous lisons dans le Coran que le Prophète avait été envoyé en miséricorde de Dieu pour le monde : ((Et Nous ne t’avons envoyé qu’en miséricorde pour l’univers)). Prophètes: 107, puis ne voit-on rien de cette miséricorde chez les Musulmans !

Nous lisons aussi que le Coran est une lecture aux mondes ((Ceux qui récitent le Livre d’Allah, qui ont accompli la prière et qui en dépensé de ce que Nous leur avons donné en secret et en public, attendent un commerce qui ne faillira jamais)) – Fater 29 – puis on les voit réciter le Coran mais ne méditent pas ce qu’il contient en termes de règles et de conseils, et ne réfléchissent pas – non plus – quant à la création des cieux et de la terre, ni ne se donnent la peine d’élaborer la législation nécessaire pour réglementer la vie et ses besoins en lois qui régissent la vie des sociétés islamiques avec des règles qui régulent le comportement de ses individus.

L’ordre divin est venu instruire les gens à s’entraider dans le bien et la piété et ne jamais le faire dans le péché et l’agression, et d’affirmer que les plus bons chez Dieu sont les pieux desquels Il accepte leurs actes et leur adoration. C’est pourquoi, l’on doit confirmer que le non-musulman qui atteint les qualités de la piété, le bon comportement envers les gens et la non-agression est le plus bon chez Dieu, qu’un religieux musulman menteur ou injuste et qui ne craint pas Dieu, ni appréhende son châtiment le jour du jugement.

Les piliers de l’Islam, tels que la prière, la zakat, le jeûne et le pèlerinage, qui sont des moyens pour rappeler le croyant ces lois divines, ces valeurs et ces principes mentionnés dans le Coran que l’homme doit respecter en parole et dans les actes… il accomplit les impératifs de l’adoration et fait du bien pour atteindre le bonheur dans ce bas-monde et dans l’au-delà.

 

 [:]

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer